2 Prévision d'un séjour de vacances

     Le lendemain matin, emplie d'une douce nostalgie, Prunelle regarda quelques dessins de son amie d'enfance, Yuna. Son coup de main fascinait déjà au lycée, et il n'était pas étonnant de la trouver aujourd'hui dans une grande école d'art. Elle avait coutume de créer des vêtements sortant de son imagination, et reprenait parfois de vieux tissus pour en faire de magnifiques habits.

 

     Valentin s'intéressait également aux arts, quels qu'ils soient, mais sa spécialité était avant tout d'écrire, c'est pourquoi il se trouvait en faculté de lettres. Comme Prunelle, il était passionné de musique, jouait du piano, de la basse et de la guitare électrique, et était un grand amateur de jazz.

 

     Passé le temps de ses rêveries, Prunelle prit son ordinateur, se connecta sur Skype et fut immédiatement invitée à la conversation partagée avec Alix, Titouan, Méline, ainsi que le couple Yuna et Will. Il manquait encore Valentin et Amaryllis pour organiser un séjour pour les vacances de Noël. Pendant ce temps, Alix et Will amusaient la galerie. Alix était une jeune femme grande et très fine, aux cheveux noirs, au visage clair et aux yeux bruns très foncés, une véritable Dark Snow White en quelque sorte ! Elle était étudiante en BTS tourisme et loisirs, et était passionnée par la nature, le voyage et les chevaux. Elle avait beaucoup de caractère et aimait se donner un côté mystérieux et intimidant. Sa bonne humeur, son extravagance et sa vivacité faisaient d'elle une amie hors-pair.

 

     Will, avec son sens inné de l'humour, répondait toujours à ses taquineries. Étudiant en école d'art, où il avait par ailleurs rencontré Yuna, il était spécialisé dans la peinture et la photographie des pays nordiques. Titouan s'entendait très bien avec lui, bien qu'à première vue, leur caractère ne se ressemblait pas du tout.

 

     Contrairement à lui, Titouan était une personne réservée, sensible et silencieuse. Il aimait discuter avec Will, avec qui il prenait beaucoup de plaisir à parler d'une passion commune : le monde du froid, de la magie hivernale, de la neige.

 

     Méline, quant à elle, était une amie que Prunelle et Valentin avaient rencontré à Polancy par le biais de la faculté. Étudiante en philosophie, elle jouait également du piano pour son plaisir. Un petit bout de femme timide mais très amusante, avec des remarques toujours imprévisibles et farfelues.

 

     Les retardataires étant arrivés sur Skype, Prunelle prit la responsabilité de l'organisation et de la présentation du séjour pour les vacances de Noël. Yuna proposa une journée à la patinoire de Polancy, suivie de Valentin qui eut l'idée d'une journée en Allemagne où ils iraient au marché de Noël de Trèves en début d'après-midi et passeraient la soirée dans un bar animé à la frontière entre la France et l'Allemagne. Comme les parents d'Alix travaillaient dans un château touristique de la Renaissance en Alsace tout près de la frontière, Alix proposa d'héberger tout le monde durant ces deux jours. Le programme fut bouclé assez rapidement et Prunelle attendait avec encore plus d'impatience ce séjour. 

 

     Le soir, une fois arrivée en gare de Polancy, Valentin l'attendait sur le quai. Le week-end sans Prunelle lui paraissait toujours extrêmement long et il pensait à elle tout le temps. Tous ces dimanches où Prunelle était revenue chez elle, il l'attendait avec impatience à la gare pour revoir ce visage qui le comblait.

 

     Pour ne pas paraître ridicule avec un grand sourire qui s'élargissait au fur et à mesure qu'elle avançait, il la fixa de ses yeux bruns séducteurs, fit des grimaces et ouvrit ses bras en courant vers elle pour la prendre dans ses bras et l'embrasser. Il prit sa valise et l'invita à boire un café, avant de repartir à leur appartement situé à dix minutes de la gare, tout près du conservatoire et des universités. Une fois arrivé devant, il voulut à tout prix monter les trois étages en portant la valise au lieu de prendre l'ascenseur, jurant qu'elle n'était pas lourde à porter. Prunelle esquissa un sourire sadique, monta rapidement les marches en sautillant, et lui fit remarquer qu'il était lent, prenant un malin plaisir à le taquiner.

 

     La semaine au conservatoire et à l'université commença assez difficilement, avec un temps glacial, et un travail plus conséquent. A la faculté, les professeurs semblaient plus  durs que d'habitude en vue des examens qui allaient bientôt tomber,  à la rentrée de janvier. Prunelle ne supportait pas une seule seconde de ne pas comprendre quelque chose et s'énervait facilement. Au conservatoire, Amaryllis, la violoniste avec qui elle avait joué en concert le week-end dernier, semblait plus morose et ne se donnait plus les moyens de réussir. En chant, Prunelle était dans une période de faiblesse et n'arrivait pas à atteindre les notes aiguës qu'elle arrivait à sortir d'habitude.

 

     Valentin quant à lui était de très bonne humeur malgré la quantité de livres qu'il avait à lire et les dissertations qu'il continuait à rédiger la veille au soir, parfois en s'y attelant toute la nuit. Il sortait le mardi soir du big band au conservatoire, univers jazzy qu'il chérissait. Il jouait au piano et à la basse, improvisait à sa guise, et enchaînait avec subtilité sur des airs connus et entraînants. En cours de formation musicale, il se retrouvait avec Prunelle. Leur classe était joyeuse et les fous rires étaient permanents. Valentin était notamment le principal investigateur des fous rires et des jeux papiers ou sur portable qui circulaient entre les élèves. Un des rares cours où l'on travaillait beaucoup  et où l'on pouvait progresser réellement vite, tout en étant très à l'aise.

 

     Le vendredi après-midi, comme Prunelle et Valentin n'avaient plus cours, ils décidèrent de se promener au Pole Center comme à leur habitude. Quatre longues et belles rues traditionnelles entouraient de grandes galeries au centre et constituaient le Pole Center. Des bancs finement sculptés, des vieux réverbères à l'ancienne et des arbres nus dont les branches étaient décorées de guirlandes électriques accompagnaient ces quatre grandes rues, qui contrastaient énormément avec les galeries très modernes.

 

     Le marché de Noël s'était installé cette semaine et animait encore plus le Pole Center. Cependant, le vent glacial empêcha Prunelle et Valentin de s'y attarder, et les emmena plutôt à l'intérieur de la galerie, qui en plus d'être composée d'une grande surface, de restaurants et de magasins de vêtements, contenait une librairie immense et époustouflante de plusieurs étages, avec un espace de théâtre et de marionnettes où les personnes avaient l'impression de résider dans un autre monde, et un espace cinématographique. On pouvait également y voir souvent des écrivains et des artistes célèbres. D'autre part, les galeries étaient constituées d'un grand espace nature, magnifiquement décoré et parfumé de toutes les senteurs naturelles imaginables.

 

     Les galeries du Pole Center étaient probablement ce qu'il y avait de plus moderne à Polancy, et une des fiertés de la ville.  Après y avoir fait le tour, Valentin et Prunelle partirent dîner à une petite brasserie, puis prirent le tram pour revenir à leur appartement.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×